minimalisme

Minimalisme et zéro déchet | Mes lectures essentielles #1

Bonjour mes bio-bouchons,

Suite à mon premier article sur le minimalisme, j’ai eu envie de vous partager mes lectures essentielles qui ont littéralement déclenchées ma prise de conscience.

Je vous en ai déjà parlé, l’art de la simplicité a été mon premier livre sur le sujet et il a vraiment changé ma vie, il est tout surligné et annoté de ma main tellement il m’a passionné. J’ai compris beaucoup de choses grâce à Dominique Loreau, notamment le fait que l’accumulation d’objets nous étouffe et peut être le signe d’un mal être intérieur. Le besoin d’acheter, la plupart du temps des choses superflues, peut être le symptôme d’une peur plus ou moins profonde, de manquer, de ne pas être à la hauteur, de combler un vide émotionnel, de se protéger…une souffrance qui trouve refuge dans la société moderne de sur-consommation où la sollicitation y est permanente.

Il m’arrive de craquer sur un vêtement ou un objet de temps en temps, mais je ne l’achète plus spontanément. Ce que je fais ? Je le note dans mon petit carnet, je prend une photo avec mon téléphone et je laisse un peu de temps s’écouler. Ce délais me permet de faire le point sur mes possessions et de voir si vraiment je n’ai rien qui s’approche de l’objet convoité ou bien je me raisonne sur le fait que je n’en ai pas l’utilité. Après quelque temps, la démarche intellectuelle se fait mécaniquement et l’envie est plus facilement maitrisée.

Je ne me crée pas de frustration car le fait d’avoir pleine conscience sur ce que l’on possède déjà nous permet d’être pleinement satisfait.

Les objets ont un poids émotionnel ou représentent un refuge, le tout est de comprendre pourquoi.

On peut accumuler les choses sans pour autant acheter trop. Il suffit de ne pas savoir jeter. L’incapacité de désencombrer son intérieur peut être également le signe d’un mal ancré en soi. On a tous été déjà confronté à ce nœud dans le ventre lorsque l’on doit faire du tri mais que l’aspect sentimental ou le fameux « je garde au cas où » nous freine dans le processus.

Je ne suis pas dans le camps de ce qui vont vider totalement leur intérieur. J’aime bien posséder quelques objets de décoration (bougies, plantes), je ne manque pas de vêtements, de bijoux, de livres en revanche, ce que j’essaie de faire, c’est que chaque chose a sa place et son utilité et que chacune de mes possessions soit le plus éthique possible et de bonne qualité.

Si un objet n’est pas utilisé et qu’il traine, il va dans la pile des choses à vendre/donner/jeter/recycler. Avant d’avoir lu les livres dont je vais vous parler plus bas, c’était précisément à ce stade que je faisais régulièrement marche arrière. J’avais bien pris conscience qu’il fallait jeter telle ou telle chose, mais le « au cas où » ou « c’était un cadeau » me stoppait net. C’est grâce à un travail sur soi et à l’apprentissage de nouvelles habitudes de consommation en se posant de bonnes questions que je suis parvenue à remplir des dizaines de sac et de carton de choses à désencombrer (vendre, donner, recycler, jeter).

Au final: une démarche qui m’a permis de ressentir une nouvelle forme de bien-être et de légèreté, l’occasion de se recentrer sur l’importance d' »être » au détriment de l' »avoir »

Les bienfaits:

  • le vrai plaisir de jouir de ses possessions, car si on a peu on peut pleinement profiter de ce que l’on a
  • une place dans sa maison et donc dans sa tête, le désencombrement matériel nous permet d’alléger notre esprit
  • moins de temps à chercher, à ranger, à nettoyer donc plus de temps pour vivre

minimalisme

Mes lectures inspirantes: minimalisme et zéro déchet

Inspirée des philosophies orientales, l’auteure nous donne des clefs pour nous aider à se sentir en harmonie avec soi-même. Épurer, vider, abandonner, prendre soin de soi.

« Jeter l’inutile et le superflu pour faire de l’espace en soi car se délester du superflu c’est aussi se délester de ses problèmes ».

Ces trois livres à mon sens sont complémentaires. On y retrouve des conseils pratiques et très concrets mais aussi des aspects plus philosophiques et psychologiques pour nous aider à mettre le doigts sur nos difficultés avec nos rapports avec les objets. Une vraie bouffée d’air frais et un besoin frénétique, une fois les premiers chapitres écoulés, de tout trier chez soi !

  • L’art des listes – Dominique Loreau
    • les listes pour se  simplifier les mécaniques de l’ordinaire
    • les listes pour apprendre à mieux se connaître
    • les listes pour prendre soin de soi
    • les listes de mes mille et un plaisirs
    • les listes mode d’emploi

L’auteur nous explique l’intérêt de l’établissement de liste pour notre développement personnel. On y retrouve des exemples de liste pour nous inspirer et des conseils pratiques. Lister permet de clarifier notre esprit, nos pensées, nos possessions, nos besoins, nos envies, « d’aborder les faits avec une clarté totale, et de ne pas oublier ses rêves en se laissant envahir par le fourmillement du quotidien », les listes permettent de désencombrer sa mémoire, de prioriser les idées et de prendre conscience de l’avancement vers un objectif.

Il est vrai que Dominique Loreau se répète dans ses livres, on y retrouve souvent les mêmes idées et parfois même les mêmes phrases. C’est peut être un peu du marketing d’avoir publié plusieurs livres alors qu’un seul gros aurait été possible. Mais personnellement, ça ne m’a pas ennuyé, car la lecture est un processus de compréhension et d’appropriation progressif des concepts ainsi, le fait de relire les idées et les postulats un peu plus tard, nous permet de les appréhender avec un nouveau regard plus mûr sur le sujet et de se rendre mieux compte, au fur et à mesure de notre avancement, de nos faiblesses et des points sur lesquels il faudra se concentrer.

  • Du sel, du citron, du vinaigre, du bicarbonate de soude – Shea Zukowski  
    • dans la cuisine
    • pour le linge et les vêtements
    • pour la santé et la beauté
    • pour le ménage, l’entretien et le petit bricolage
    • avec les enfants
    • pour les animaux domestiques
    • en plein air et dans le jardin

250 recettes pour la maison à base de 4 produits économiques, écologiques et simples à utiliser. Je me refuse désormais d’acheter des dizaines de produits ménager qui coûtent chers, qui sont néfastes pour l’environnement et pour la santé. Je termine actuellement les derniers produits achetés avant cette prise de conscience et j’ai commencé à mettre en place plusieurs routines avec ces produits. Je suis satisfaite et c’est une vraie satisfaction pour moi de savoir que mon intérieur devient de plus en plus sain.

Béa Johnson est la papesse du zéro déchet, en tout cas c’est elle qui a popularisé ce mouvement du « zéro waste ». Cette française installée aux États-Unis nous livre des conseils pratiques pour alléger son intérieur et diminuer notre impact sur l’environnement. I

Il suffit de voir un peu tout ce que l’on jette en revenant des courses: les cartons d’emballage des yaourts, le carton du dentifrice, les gâteaux individuels, bref tout ce qui est sur-emballés devient une vraie plaie quand on en a pris conscience. Et petit à petit, on apprend à consommer différemment et mieux. Faire ses courses en utilisant des sacs réutilisables en tissu, stocker dans des bocaux, prendre l’habitude d’éliminer le plastique sous toutes ses formes est la clé pour commencer. Personnellement j’ai systématiquement un ou deux sacs en tissu « tote bag » dans mon sac à main dans le cas où j’aurais un achat à faire. Même pour l’achat des vêtements, je refuse désormais les sacs que l’on me propose à la caisse. N’ayez pas honte, cette demande se popularise et les commerçants ne sont pas choqués, au contraire même, ils trouvent ça plutôt chouette comme démarche en général.

Je vous conseille ce reportage consacré au sujet proposé par l’émission « Tout compte fait » (diffusé tous les samedis en début d’après-midi sur France 2).

DSC_0183editedDSC_0179edited

 

 

->On m’a récemment conseillé Cradle to cradle, créer et recycler à l’infini de Michael Braungart (merci Samia !) , ce livre va donc rejoindre ma PAL très rapidement je pense.

Et vous avez vous des lectures favorites sur le sujet ? Ca m’intéresse ! N’hésitez pas à commenter si vous avez des conseils, des astuces ou des questionnements.

5 comments

  1. Coucou !
    C’est vraiment inspirant de voir comment chacun arrive par un chemin différent au minimalisme. J’espère que cette nouvelle lecture te plaira. 🙂
    Bises,
    Samia

    1. Merci pour ton message 🙂 en effet, le parcours de chacun est passionnant est inspirant. Chacun a des raisons différentes pour arriver finalement à un objectif commun, c’est passionnant !

  2. Article très intéressant ! La lecture de l’art de la simplicité il y a quelques années avait amorcé ma réflexion ton article et ton blog encourage à approfondir. Audrey

    1. Merci et bienvenue 🙂 en effet il y a des lectures et des rencontres qui donnent envie d’aller plus loin dans une démarche. Au plaisir de te lire et d’échanger !

  3. […] Minimalisme et zéro déchet | Mes lectures essentielles #1 […]

Laisser un commentaire